Beyblade est de retour : la nouvelle série Beyblade X a commencé

Pour beaucoup de ceux qui ont grandi au début des années 2000, le mot Beyblade est synonyme de nostalgie. Initialement né sous forme de manga en 1999 sous la plume de Takao Aoki, il est arrivé sur les écrans du monde entier en 2001 avec l’anime produit par Madhouse, se retrouvant rapidement sur les lèvres de tous les garçons et filles de l’époque en raison d’une caractéristique très particulière.

L’histoire est très simple, classique shonen pour enfants où le protagoniste et son groupe d’alliés relèvent des défis dans un ordre croissant jusqu’à ce qu’ils atteignent leur but. Les défis récurrents et les objets avec lesquels ils sont relevés se taillent la part du lion : la beyblade. Des toupies colorées, chacune caractérisée par des mouvements spéciaux avec des avatars, ont réussi à diffuser le produit en dehors de son cercle d’origine, le mettant entre les mains de nombreux jeunes, désireux de défier leurs amis comme dans l’anime.

Vendredi 6 octobre est sorti -après les annonces passées- le premier épisode de ce qui représente la quatrième génération de la franchise. Voyons ensemble à quoi ressemble ce nouvel anime et s’il peut représenter une tentative pour les nostalgiques de revenir à ces après-midi après l’école où les défis à la beyblade étaient à l’ordre du jour.

Dans cet univers, il n’y a qu’une seule façon de devenir le meilleur : défier tous les membres de la Pro League et conquérir le sommet de la X Tower. Bird Kazami, le jeune protagoniste de l’histoire, arrive à X City avec ses deux camarades, prêt à affronter les professionnels avec des toupies. Comme tout bon personnage turbulent, il se fraye un chemin jusqu’à rencontrer des membres qui ne font pas partie de sa catégorie.

Le défi est unilatéral et Bird est vaincu. Comme si cela ne suffisait pas, sa toupie est également mise en pièces au milieu des vains cris de douleur. Mais quelques secondes suffisent pour que le garçon se remette sur pied, prêt à s’entraîner pour devenir plus fort et remporter de nouveaux défis. Seulement, ses coéquipiers ne sont pas de cet avis et, après avoir goûté au monde des pros et compris le dur labeur qui les attend, ils laissent le pauvre Bird tranquille.

C’était du moins le cas jusqu’à l’arrivée d’un mystérieux garçon masqué qui possède une beyblade très similaire à celle du champion de la tour. C’est lui qui stimulera Bird et le vengera, en lui montrant que le monde est plein de possibilités de combat, même lorsque le chemin de la victoire semble fermé. L’épisode se termine par la naissance d’une nouvelle amitié et le voyage jusqu’au sommet de la Tour X.

Soyons très objectifs et honnêtes, en considérant que il s’agit d’un produit pour les très jeunes destiné à vendre des jouets. La première chose qui saute aux yeux, c’est la laideur des images de synthèse utilisées pour tous les affrontements à la beyblade : elles se détachent nettement des graphismes traditionnels, ce qui donne lieu à de forts moments dysharmoniques où la frontière entre les deux mondes est très floue, ce qui n’est pas vraiment une bonne chose, bien au contraire.

L’histoire commence par nous catapulter dans un monde encore peu développé avec comme protagoniste un personnage très anonyme et stéréotypé, agréable à regarder mais qui ne crève pas l’écran. Ses compagnons et le reste des personnages qui l’entourent sont très immatures, peut-être victimes d’un temps d’écran encore trop court pour saisir pleinement leur potentiel.

Mais ce qui manque le plus, c’est la motivation : Bird veut gagner parce que ” oui “, il n’y a rien d’autre derrière et on ne se sent pas capable de s’attacher à lui. Pas encore en tout cas. Il n’en reste pas moins que le but premier d’un épisode pilote devrait être de nous garder accrochés à l’histoire, grâce à divers stratagèmes comme le détachement entre le monde ” ordinaire ” et le monde ” extraordinaire “, qui ne sont pas utilisés ici.

Ceci nous amène à la conclusionsqui, comme nous l’avons déjà mentionné, seront très honnêtes si l’on tient compte de la cible et de l’objectif du produit : n’est pas une série pour les nostalgiquesmais un anime qui veut donner vie à un nouveau monde de batailles de toupies afin de divertir et de faire dépenser de l’argent à de nouveaux jeunes, comme c’était déjà le cas au début des années 2000 avec les anciens anime et ceux qui lisent peut-être ces lignes.

Et c’est très bien ainsi. Mieux vaut s’en rendre compte maintenant que de se laisser embarquer au milieu d’une série qui nous offre peut-être de bons moments alternant avec des moments oubliables, se balançant indéfiniment. Aussi parce que d’après la façon dont il est maintenant prédit que ce sera un anime de 51 épisodesune dépense d’énergie et de temps non négligeable pour quelqu’un qui n’a pas l’âge d’apprécier les combats de toupies animées comme un jeu PC vieux de 20 ans.

Lire aussi : “BEYBLADE, QUATRIÈME GÉNÉRATION OFFICIELLEMENT ANNONCÉE !”

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

[VIDEO] One Piece, le drapeau de Mugiwara est brandi lors d’un rassemblement pro-palestinien.

Next Post

[VIDEO] One Piece 1080 : l’anime montrera les nouveaux empereurs dans le prochain épisode [SPOILER]

Related Posts