Kyoto Animation : Le procès pour incendie criminel se poursuit. Les familles des victimes espèrent le “châtiment le plus sévère possible”.

Plus de quatre ans se sont écoulés depuis l’incendie criminel qui a ravagé le studio 1 du centre d’animation de Kyoto. Kyoto Animation de juillet 2019, qui a coûté la vie à plus de 30 personnes. En septembre, le procès s’est ouvert contre l’incendiaire Shinji Aobaqui avait commis cet acte ignoble pour se venger d’un soi-disant plagiat de l’une de ses histoires dans la série produite par le studio.

La sévérité de la peine a été discutée au tribunal cette semaine, avec des déclarations des deux parties. Le 27 novembre, l’accusation s’est exprimée sur l’affaire, la qualifiant de “horrible et sans précédent” en ce qui concerne les meurtres de masse et les incendies criminels, “[…]pour une vendetta personnelle tordue“. La préméditation d’Aoba et le fait qu’il ait causé non seulement la mort de trente-six personnes mais aussi des dommages émotionnels considérables aux survivants ont été soulignés. L’accusation a ensuite demandé au jury de tenir compte des éléments suivants le nombre de victimes e leur souffrance psychologique.

La défense a répondu en disant que l’accusation voulait qu’Aoba soit condamné à la peine de mort parce que “[…]il est juste de tuer ceux qui ont tué, même si tuer est mal”.“ajoutant que l’empathie de la Cour pour la souffrance et la colère des familles des victimes peut conduire à ce que la sentence soit décidée avant que la défense n’ait eu l’occasion de s’exprimer correctement.

Déclarations des familles des victimes de l’incendie à Kyoto Animation

Ces derniers jours, les familles des victimes se sont également exprimées. La mère d’un employé de 27 ans décédé a déclaré qu’elle et les autres membres de la famille espéraient que l’auteur de l’incendie aurait réfléchi à ses actes et se serait excusé, mais elle a été déçue par les déclarations faites par M. Aoba en septembre, lorsqu’il a reconnu qu’il était allé trop loin sans sembler regretter pleinement ses actes. Elle a conclu en disant que espère qu’Aoba sera condamné à la peine la plus sévère possible.

Le père d’une autre victime a déclaré le 29 novembre que la peine de mort est une peine appropriéecar ces crimes ne peuvent être expiés par des excuses ou des remords. Le lendemain, de nombreux autres parents ont exprimé leur souhait de voir Aoba condamné à la peine de mort.

Animation de Kyoto

Membres de la famille du défunt réalisateur Yasuhiro Takemoto (La servante dragon de Mlle Kobayashi, La disparition de Haruhi Suzumiya) sont d’un avis différent. Dans une lettre adressée au tribunal, le père du réalisateur a déclaré que “…même si la peine la plus sévère est choisieil ne retrouverait pas son fils. Sa femme, en revanche, a raconté l’éthique de travail de son mari, soulignant qu’il dessinait à la maison pour impressionner ses collègues et qu’il essayait de jouer un rôle actif dans la vie de leur fille.

Le père d’une autre jeune victime a déclaré qu’il était fier de voir le nom de sa fille au générique du film Le son ! Euphonium : The Movie – Notre promesse : un jour tout neufpublié quelques mois avant l’incendie, et a déclaré qu’il espérait que la sentence serait juste, car il souhaitait simplement que justice soit faite.

Le procès se poursuivra pendant plus d’un mois et le verdict final sera rendu le 25 janvier. Kyoto Animation reviendra sur les écrans du monde entier au printemps prochain avec la troisième saison de Sound ! Euphonium.

Kyoto Animation

Lire aussi Liberté à l’auteur de l’incendie à Kyoto Animation ? Il semble qu’il y ait une possibilité.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

One Piece : Eiichiro Oda parle de sa relation avec Togashi, l’auteur de Hunter x Hunter

Next Post

One Piece : c’est ce qui a inspiré Oda pour la création du village de Zoro.

Related Posts