L’histoire d’amour poignante de Hachiko, un ami à quatre pattes entre réalité et fiction

Qui n’aime pas les animaux ? Qu’ils soient tendres et câlins chiensélégant et sinueux chatsbruyants et joyeux canaris ou majestueux et exotique serpentsles animaux accompagnent l’homme depuis l’Antiquité, pour son utilité comme pour son plaisir : l’icône est le chien Argo par Ulyssedont les exploits sont relatés dans leOdyssée Homérique, pour laquelle le héros d’Ithaque succombe à l’émotion après avoir été reconnu par son quadrupède bien-aimé, même vingt ans après son départ, qui est mourant mais heureux de faire un dernier adieu à son maître bien-aimé. Une autre histoire qui vous fera fondre est certainement celle de Hachiko.

Une histoire qui commence il y a près de 100 anset a inspiré de nombreux livres, citations musicales et films. Richard Gere ou Hachiko – Votre meilleur amiL’histoire d’Hachiko est l’une de celles qui ont le plus de succès. se briser en douceur le cœur, qui font de nous sourire tristementet qui nous rappelle, car nous l’oublions souvent, que nos animaux nous aiment beaucoupencore plus que nous ne le pensons.

Mais êtes-vous sûr de connaître cette histoire si douce et si triste ? Pouvez-vous imaginer l’écho qu’elle a eu au Japon, le pays d’origine du chien, et l’exemple qu’elle constitue encore aujourd’hui ? Chez Dr Commodore nous voulons alors vous raconter toute l’histoireet l’histoire romancée du film (tout aussi beau et émouvant) de ce chien fidèle : l’histoire de Hachiko.

Le début d’une profonde amitié

Hachiko et le professeur Ueno Hidesaburō

L’histoire de Hachiko commence en novembre 1923et des sources indiquent qu’il serait né autour du 10 du mois, dans la petite ville de Odate de la préfecture de Akitadans une petite ferme appartenant à l’agriculteur Saito Yoshikazu. Hachiko a été élevé Akita Inublanc, caractérisé par une fourrure épaisse et très douce au toucher ; la race serait née de nombreux croisements vers 1630.

En même temps, l’agronome et professeur au département d’agriculture de l’université impériale de Tokyo (aujourd’hui université de Tokyo) Ueno Hidesaburō était à la recherche d’un chien japonais de race pure, également pour combler son vide. solitudecar il n’était pas marié (bien qu’il ait eu une compagne nommée Yaeko qu’il voyait rarement en raison de ses engagements professionnels) et il n’avait pas d’enfants.

ueno-hidesaburo-hachiko

Un cadeau inattendu

Mais l’un de ses étudiants de bon cœurqui travaillait dans la préfecture d’Akita, a heureusement trouvé cette ferme à Odate en janvier 1924, et a été frappé par la douceur mais aussi par l’élégance du port de l’enfant. Hachiko (qui, à l’époque, était âgé d’environ 50 jours), et a décidé de l’emporter avec lui et de le mettre dans un petit sac de riz pour le garder au chaud, à l’abri du froid glacial de la grosse chute de neige. Vingt heures de train séparent la petite ville d’Odate de la capitale Tokyo.

Le professeur Ueno, voyant son élève lui apporter un chiot, a été immédiatement enthousiaste de ce petit animal, qui a été immédiatement adoré et câliné par le professeur solitaire (qui vivait près de la gare de Shibuya). Il a décidé de l’appeler Hachiqui signifie en japonais huitparce que le petit chien, lorsqu’il se tenait sur quatre pattes, avait les pattes avant légèrement écartées, comme le symbole japonais du huit, ().

La relation entre les deux était très tendre, car le professeur Ueno faisait dormir le petit Hachi sous son lit, et les deux mangeaient en même tempsun beau symbole d’unité et d’affection qui montrait à quel point leur relation était déjà solide. très forteà tel point qu’Ueno avait appris à la petite Hachi à l’attendre tous les soirs à la gare de Shibuyarevenant en train de leurs cours à l’université. C’était vraiment une période merveilleuse pour eux deux.

hachiko-famille-ueno

Hachiko, le chien le plus fidèle

Une séparation tragique

Malheureusement, une tragique décèsLe professeur Ueno Hidesaburō est saisi par une terrible… attaque le 21 mai 1925, et l’issue n’est pas favorable : Ueno meurt à l’âge de 53 anslaissant seul son bien-aimé Hachi. Ce dernier ignore cependant le destin tragique de son maître, se rend à la gare de Shibuya attendant, en vain, son maître. Ne le voyant pas revenir, Hachi rentre chez lui, saisi d’une tristesse visible, et se blottit dans le manteau d’Ueno. Pendant trois jours, le chien n’a pas touché à la nourriture, du moins c’est ce qu’on dit.

Yaeko, qui n’était pas officiellement mariée au professeur Ueno, ne pouvait pas hériter de sa maison, et elle a donc laissé le chien aux bons soins d’une connaissance, qui était sur le point de se marier. huit kilomètres de la gare de Shibuya. Huit kilomètres que le petit chien continuait à parcourir, pratiquement tous les jours, quel que soit le temps : il était sûr que son maître reviendrait un jour.

Les années passent, et Hachi vit à Asakusa, puis à Setagaya, et enfin, remarqué par un voisin du professeur Ueno, son ancien jardinier Kobayashi Kikuzaburōil a été placé en garde à vue par ce dernier, de retour à son Shibuya. Hachi a ainsi pu rejoindre la gare beaucoup plus facilement.

hachiko

Une loyauté sans faille

Au fil des ans, l’histoire du chien qui se rendait tous les matins à la gare de Shibuya et repartait dépité qu’en fin de soirée s’était répandue dans tout le Japon, notamment grâce à un article du président de la Société pour la préservation des chiens japonais, Saitō Hirokichiému par la profondeur fidélité montré par Hachi, maintenant appelé Hachiko (-ko en japonais, signifie un nom d’animal de compagnie). Son histoire a fait le tour des journaux, de la radio et même des informations nationales, et les gens ont exigé, pour honorer l’animal, que une statue.

Ainsi, après une collecte de fonds volontaire, en 1934 a été érigé une statue en bronze en l’honneur de Hachiko, d’une hauteur d’environ 162 centimètres et placée sur un piédestal de 180 cm devant l’entrée de la gare de Shibuya. Lors de l’inauguration de la statue Hachiko lui-même était présentqui avait 11 ans à l’époque.

hachiko-shibuya

La mort qui a fait pleurer le Japon

Malheureusement, le séjour d’Hachiko sur Terre avait presque pris fin : l’année suivante, il fut victime d’un grave accident de la route. infection parasitairequi l’a gravement affaibli physiquement, mais pas dans son âme, parce que il continuait à aller à Shibuya.

L’8 mars 1935à l’âge de 13 ans, dont 10 attendaient le professeur Ueno, Hachiko est décédée, faisant de lui le premier enfant de l’humanité. le Japon tout entier en pleurs. Mais enfin, après 10 longues années d’attente de son maître bien-aimé, Hachiko et sa famille se sont rencontrés. Hidesaburō Ueno pourrait enfin s’embrasser à nouveau: le chien a été enterré à côté du professeurau cimetière d’Aoyama, tandis que son manteau de fourrure blanche a été donné à l’Institut de recherche sur les maladies infectieuses. Musée des sciences naturelles de Tokyo.

Quatre jours plus tard, ses funérailles ont eu lieu, entouré des nombreuses personnes qui avaient pris son histoire à cœur, tristes d’avoir perdu un être cher. un véritable exemple de loyauté à son maître.
Malheureusement, durant les dernières phases de la Seconde Guerre mondiale, le Japon avait de grands besoins en métal pour produire des armements : même la statue de Hachiko n’a pas été épargnée par la fonte.. Heureusement, en 1948 a recréé exactement la même statuesituée au même endroit à Shibuya, à tel point que l’une des sorties porte son nom, Hachiko-guchi.

hachiko-last-photo

Le récit du film : une histoire fictive mais tout aussi tendre

Hachiko – Votre meilleur ami est l’histoire, quelque peu romancée, du fidèle petit chien du professeur Ueno, qui change d’apparence et de comportement. détails (le film est se déroule en Amérique à Rhode Island, le chien est appelé Hachiko non pas tant à cause de la forme de ses pattes qu’à cause du 8 représenté sur la carte de l’île de Rhode Island. médaille de chienet bien d’autres). Mais une histoire comme celle de Hachiko mérite fortement d’être adaptée au grand écran, afin que tout le monde puisse en prendre connaissance.

Le protagoniste de l’histoire est un grand Richard Gerequi joue le rôle du professeur Parker Wilsondont les exploits sont relatés par son petit-fils Ronnie lors de la journée scolaire sur le thème “Racontez votre héros”. Le professeur Wilson est un professeur de musique de Rhode Island, banlieusard par nécessité. Un jour, à la gare, il trouve un Akita Inu (dont le pelage n’est pas blanc mais noisette) abandonné, avec un 8 dessiné sur l’étiquette ; Parker Wilson a donc décidé de le garder jusqu’à ce que son propriétaire le retrouve.

En l’emmenant à l’école, un collègue d’origine japonaise lui raconte l’histoire du Hachi (surnommé ainsi par Wilson), le Akita Inuen développement un lien fort avec les humainscontrairement à toute autre race de chien. En fait, Hachi apprend à accompagner le professeur Wilson à la gare tôt le matin, puis à le saluer. plein de joie en rentrant du travail. Bien que leur relation soit si tendre et profonde, Hachi ne joue pas avec la balle, car Ken lui a dit que les Akita sont aussi des chiens. très fiers, e n’ont pas tendance à plaire aux êtres humains sauf pour quelques raisons.

Hachiko

Mais d’une manière totalement inexplicable, un jour Hachi est agitéet semble vouloir empêcher le professeur Wilson d’aller travailler, à tel point qu’il se met à faire du bruit. jouer avec la balle afin de retarder le plus possible l’humain, qui va tout de même en cours. Au cours d’une de ces leçons, Parker Wilson est pris d’un terrible malaise. maladieet décède.

Hachi se présente à cinq heures à la gare, mais ne trouve personneIl n’est ramené à la maison que tard dans la soirée par le gendre de Wilson, qui décide de le garder avec sa femme Andyqui a récemment accouché Ronnie. Mais Hachi, à la première occasion, s’échappe et retourne à la gare pour attendre, en vainson maître. Le couple tente immédiatement de le ramener, mais se rend compte que le chien doit “faire son devoiret ils le laissent aller à la gare tous les jours, de sorte qu’il devient une sorte de célébrité, câliné par les passants et les employés de la gare.

hachiko

10 longues années passent, et Hachi, désormais surnommé par tous Hachikose rendait tous les jours à la gare, attendant sa bien-aimée Parker Wilson, qui pourtant n’arrivera jamais. Au hasard, KateLa veuve du professeur Wilson (jouée par Joan Allen), est revenue en ville pour se recueillir sur la tombe de son mari et aperçoit son chien qui l’attend toujours. Ils passent un peu de temps ensemble, enveloppés dans une robe de deuil. de tristesseparce que malheureusement le chien est tous les jours de plus en plus faible et fragile.

Peu de temps après, en effet, Hachiko est trop faible pour retourner à la station, fatigué par les années et le froid glacial : avant d’expirer, cependant, il voit tout à nouveau le temps passé avec son cher Parker Wilson, le maître qu’il aimait tant. Mais la mort ne fait pas toujours de mal : dans l’au-delà, Hachiko et Wilson peuvent enfin se retrouver et jouer ensemble..

hachiko-votre-meilleur-ami-richard-gere

L’héritage de Hachiko : une histoire de loyauté ou d’amour inconditionnel ?

Au cours de cette histoire, nous avons longuement parlé d’Hachiko et de sa fidélité inébranlable. loyauté envers le professeur Ueno et son grand dévouement à être présent tous les jours à la gare de Shibuya. Mais “fidèle” est-il le bon adjectif ?

La fidélité est une qualité qui est mesurableet des adjectifs tels que “fidèle”, “traître”, “serviteur”, “infidèle”, “très fidèle” sont des adjectifs que l’on peut davantage attacher à l’être humain pour le décrire. sens de la loyauté à une autre personne, à une autorité, à une nation.

Ce n’est pas, à notre avis, le bon adjectif à donner à un être vivant tel qu’un chien : les chiens ne sont pas “loyaux”, les chiens ressentent un amour non mesurable et non quantifiableenvers leurs propriétaires qui, en prenant soin de leurs amis à quatre pattes bien-aimés, même au prix d’efforts, sont récompensés par un amour inconditionnel, unique et inimitable.

statue-hachiko-ueno

Lire aussi : REENY, “LE HACHIKO DE MAKARIV” QUI ATTEND SA MAÎTRESSE TUÉE EN UKRAINE

author avatar
Adrien Fernandez Redacteur
Rédacteur addict aux gachas et passionné de Shonen. Je préfère lire des mangas que regarder les adaptations en animés, mais il m'arrive souvent de faire les deux.
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

[VIDEO] One Piece, ce cosplay de Barbe Noire est prêt à conquérir le monde

Next Post

One Piece 1098 : le chapitre avec les vignettes incomplètes sera corrigé dans le volume approprié

Related Posts