Une gare japonaise demande à ceux qui ne sont pas d’humeur à être harcelés d’utiliser les wagons arrière : les passagers sont furieux.

Le Japon a ses hauts et ses bas : les longues heures de travail, la charge des tâches confiées par l’employeur, une vie privée réduite à sa plus simple expression, beaucoup de temps passé à étudier quand on est jeune, le faible taux de natalité et une vision des choses plutôt étroite par rapport aux autres pays.

Mais si nous examinons les éléments qui la rendent attrayante aux yeux de tous, nous constatons que le niveau de criminalité est extrêmement bas, qu’il est facile de trouver du travail, que les gens sont plus civilisés que partout ailleurs en Occident et que la loi est respectée dans tous ses termes pour permettre une vie tranquille, sans aucun doute ou incertitude qui porterait atteinte à l’ordre public et à la vie quotidienne des gens.

En outre, le Japon dispose également de systèmes de transport exceptionnels, qui permettent de s’enthousiasmer non seulement pour la destination à atteindre, mais aussi pour le voyage lui-même. Toutefois, même ici, il y a un gros mais : dans les transports publics, surtout dans les trains locaux et donc soumis à un flux important de personnes, il n’est pas rare que des harceleurs apparaissent à bord. Depuis des années, les compagnies ferroviaires tentent de lutter contre ce phénomène, mais une annonce récente à ce sujet a fait grand bruit.

Vous pourriez être intéressé par :

L’annonce pour ceux qui prennent le train au Japon

Le 30 août, à la gare de Shinjuku à Tokyo, une annonce faite par un employé de la compagnie ferroviaire East Japan a été enregistrée dans une vidéo et est immédiatement devenue virale, pour des raisons que vous allez bientôt voir. On y filme le quai de la ligne Saikyo, qui relie Tokyo à Saitama : devant un train en partance, l’ouvrier procède à une annonce par les haut-parleurs de la station :

Nous avons installé de nombreuses caméras de sécurité, mais il y a beaucoup de chikan (harceleurs). Les passagers qui ne veulent pas être harcelés sont priés d’utiliser les wagons arrière”.

Le choix des mots dans ce message déjà particulier a donc suscité un certain nombre d’opinions négatives en ligne : certains estiment que l’on tient pour acquis que quelqu’un pourrait finir par être harcelé s’il se trouve dans les wagons précédents, prétendant ainsi vouloir “changer les victimes” plutôt que “changer les auteurs”. Voici d’autres commentaires :

“Y a-t-il des femmes qui ne veulent pas être harcelées ?”
“Les entreprises et la société doivent montrer que ‘le harcèlement est impardonnable’.
“Je veux qu’ils changent cette publicité pour une autre dans laquelle ils affirment fermement que le harcèlement est un crime”.
” Il n’y a pas besoin de demander aux victimes de se défendre ! Ce dont nous avons besoin, c’est de faire en sorte que les harceleurs se sentent coupables.”

L’incident s’est produit pendant l’heure de pointe du soir, à un moment où cette ligne ferroviaire a tendance à être la plus fréquentée, car de nombreuses stations qui en font partie ont des escaliers de sortie sur le quai à l’extrémité et au nord, ce qui en fait le choix le plus pratique pour sortir de la station.

Comme les harceleurs passent généralement à l’action dans les wagons bondés, le conseil d’utiliser les wagons les plus reculés a sa propre logique “statistique”. Les entreprises japonaises ont tenté de sensibiliser le public à ce problème et de culpabiliser les harceleurs en collant de nombreuses affiches dans les gares indiquant que “le harcèlement est illégal”, mais l’effet n’a pas été aussi important.

L’annonce en question semble toutefois avoir été comprise par certaines personnes, ou du moins, les intentions qui la sous-tendent, suggérant qu’il vaut mieux offrir des conseils sur la manière d’agir pour prévenir un harcèlement potentiel que de répéter que ces actions sont contraires à la loi.

Cependant, une chose sur laquelle tout le monde s’accorde, c’est que le choix des mots aurait certainement pu être meilleur, et aurait conduit à beaucoup moins d’histoires ou d’interprétations telles que “si vous êtes dans les premiers wagons, ça veut dire que ça ne vous dérange pas d’être harcelé”.

Quoi qu’il en soit, la société s’est excusée pour l’incident et la phrase inappropriée, mais a précisé que l’intention était de guider les passagers vers des wagons avec moins de personnes à l’intérieur.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous Post

Jujutsu Kaisen 197, spoilers : la nouvelle force de Maki

Next Post

One Piece, la raison pour laquelle Barbe Bleue n’est jamais devenu le Roi Pirate.

Related Posts