Bilan de F1 24 – Faux départ

Nous voici de nouveau à cette période de l’année. La sortie du titre annuel de la maison Codemasters e EA dédié à l’apogée du sport automobile : F1 24. Le jeu sort en fait un peu plus tôt que d’habitude, dans le cadre d’une tendance qui a débuté il y a quelques années et qui vise à rapprocher la sortie du titre du début de la véritable saison de F1.

F1 24 s’appuie sur les excellentes bases d’un chapitre tel que F1 23 qui avait réussi à rassembler tout le monde, des joueurs les plus “occasionnels” aux joueurs d’e-sports. Il s’agissait d’un jeu solide et agréable à jouer, qui offrait une expérience sim-cade très satisfaisante.

Mais Codemasters e EA ont décidé de ne pas poursuivre sur cette voie solide. En plus des ajouts dans les modes et le gameplay, le modèle de conduite a été complètement révolutionné, transformant complètement le jeu. Un choix qui aura porté ses fruits ? Nous avons testé le titre ces jours-ci sur PS5 et nous voulons vous en parler dans cet article. Commençons par le début.

Tuning nécessaire pour F1 24

Le modèle physique et le nouveau système de suspension de F1 24 constituent le plus gros changement par rapport au chapitre précédent : celui qui a fait le plus de bruit depuis la bêta du jeu et, peut-être, celui qui n’avait pas besoin d’être fait. F1 23, en effet, avait fait le bonheur de nombreux utilisateurs en séduisant aussi bien les joueurs les plus “casual” que ceux impliqués dans les championnats et les événements e-sports.

Malgré cet excellent niveau d’équilibre trouvé avec son sim-cade, Codemasters a décidé de tout chambouler cette année. Il en résulte un modèle de conduite très étrange pour la plupart des joueurs et pratiquement désastreux pour les joueurs compétitifs. Les monoplaces de F1 24 sont vraiment trop stables et trop orientées vers l’avant.. En jouant avec un volant, les joueurs ont immédiatement remarqué qu’il est pratiquement impossible de perdre la voiture, même en accélérant à fond, par exemple, au départ ou même avec des pneus secs sur le mouillé. Les voitures sont tellement stables que pour aller vite dans le jeu réel, la meilleure chose à faire est de prendre les virages pratiquement en “dérive”. C’est pourquoi les comparaisons avec F1 2011 et F1 2014 n’ont pas manqué dès le départ.deux des titres les moins réussis de Codemasters avec des modèles physiques vraiment problématiques.

Les voitures sont tellement stables qu’elles ont rendu les trottoirs pratiquement inutiles. La réaction des monoplaces aux trottoirs a presque toujours été un point fort des titres de Codemasters. Mais cette année, il est possible de s’élancer à pleine vitesse sur les bordures et les bornes sans que la voiture ne s’effondre le moins du monde. Le trottoir de Barcelone du virage 8 ? La caisse à savon par excellence du virage 5 en Hongrie ? Tous deux inoffensifs et incapables de menacer votre monoplace.

Tous ces défauts enlèvent le plaisir de jouercar le modèle de conduite de l’arcade n’est pas du tout satisfaisant et oblige à conduire de façon anormale pour être efficace.
La situation est quelque peu différente lorsque l’on joue avec la manette. Bien que la monoplace soit ici aussi très stable par rapport aux années précédentes, l’accélérateur et les freins doivent être mieux ajustés pour éviter de perdre le contrôle. Paradoxalement, jouer avec la manette est peut-être une meilleure expérience de jeu.

Depuis plusieurs années, il est clair que Codemasters et EA ont mis un point d’honneur à rendre le titre accessible au joueur passionné de F1 qui veut juste se jeter sur la piste sans chercher la perfection et sans devoir acheter un volant. Et c’est une voie juste et compréhensible pour un titre sous licence officielle qui doit plaire à un public large et varié. Mais jamais autant que cette année, on n’a constaté un manque d’affinement du modèle physique et un manque d’équilibre. Pour preuve, le développeur a d’ores et déjà annoncé qu’une mise à jour majeure du modèle de conduite arriverait dans un mois environ.

Il y a tout de même des points positifs à relever en ce qui concerne la conduite. Et même très positives. La gestion de l’usure et de la température des pneus n’a jamais été aussi bonne et permet vraiment au joueur de jouer avec la stratégie. Gérer ses pneus pour allonger au maximum son relais est désormais possible et même nécessaire. La différence entre un jeu de pneus neufs ou usés se ressent vraiment.

Une autre note positive est la gestion de l’ERS, la partie électrique de notre unité de puissance. Codemasters est en effet revenu au modèle d’il y a quelques chapitres, permettant une gestion complète de l’ERS. Ce n’est plus seulement le mode dépassement, mais aussi le mode de pilotage. Hot Lap e Aucun. Cela nous permettra de gérer non seulement notre énergie mais aussi, indirectement, notre carburant.
Espérons que ces forces ne seront pas affectées par la mise à jour de la physique qui arrivera dans environ un mois. Régler un problème en perdant des forces existantes ne serait pas vraiment une solution.

F1 24, Red Bull

Une carrière plus riche pour se sentir plus protagoniste

Les regrets à l’égard du modèle de conduite s’ajoutent à ceux suscités par la nouvelle carrière de conducteur de F1 24. L’équipe de Codemasters est en effet revenu sur le mode carrière des pilotes après plusieurs années. Bien que l’on ne puisse pas parler d’une véritable refonte comme celle qui avait eu lieu en 2016, les nouvelles fonctionnalités sont différentes et parviennent à rendre la carrière plus riche. Elles permettent à cette carrière revisitée de faire en sorte que le joueur se sente encore plus protagoniste, favorisant le jeu de rôle qui nous amène à devenir des légendes du sport. Mais aussi de réécrire des histoires qui ont déjà été écrites.

À partir de cette année, il sera possible pour la première fois de de jouer la carrière d’un pilote réel ou d’une légende du passé. Ramenez le lion sur la piste Mansell ou de jouer le rôle de Nico Hulkenberg pour lui offrir son premier podium en carrière. Autant d’options qui peuvent donner un autre élan à votre carrière.

Si, en pratique, chaque week-end de course est le même que par le passé, avec des programmes d’entraînement pendant les essais libres, les qualifications et la course, un plat d’accompagnement a été ajouté qui enrichit notre carrière. À partir de cette année, notre pilote sera soumis à un système de reconnaissancequi influencera nos chances. Lié à nos statistiques, ce système entrera en jeu lors des négociations de contrats, nous permettant d’obtenir de meilleures offres de la part d’équipes concurrentes. Mais surtout, il nous donnera un avantage sur notre coéquipier. En effet, le pilote le plus reconnu dans l’équipe pourra orienter et choisir plus tôt les mises à jour à effectuer lors du développement. de la voiture.

F1 24, négociations

Le système de rivalité a également été revu. En F1 24En plus de la rivalité classique avec un coéquipier, nous aurons également une rivalité avec un pilote particulièrement proche de nous dans le classement mondial et une rivalité de classement. Cette dernière sera créée avec les pilotes qui nous ressemblent en termes de statistiques.

Les spécialistes constituent une autre nouveauté de cette année. Ils nous donneront certains objectifs pour le week-end de course, tels que la réalisation d’un certain nombre de programmes d’essai ou l’atteinte d’une certaine position dans la course. En les atteignant, nous obtiendrons d’importants bonus de développement.
Ces petits ajouts, ainsi que le système de récompenses de carrière (faire un certain nombre de pôles, gagner le championnat du monde, etc.)ils rendent l’expérience plus riche et permettent une plus grande immersion dans l’expérience.

F1 24, récompenses

Malheureusement, cette année encore, le jeu est dépourvu de mode histoire. L’année dernière, il proposait une expérience narrative intéressante, un peu dans le style du Drive to Survivequi garantissait quelques heures différentes. Il est remplacé par le nouveau défis professionnels. Ce mode nous permettra de participer à des mini-carrières en multijoueur asynchrone avec d’autres joueurs.dans la peau d’un des pilotes réels. Ces mini-carrières seront des événements périodiques, auxquels nous pourrons participer pour obtenir des prix et grimper dans les classements. Il s’agit d’un ajout très intéressant qui offre une alternative à ceux qui ne veulent pas s’engager dans une carrière complète.

Entre des mises à jour graphiques mineures et les habituelles améliorations de l’IA

Malheureusement cette année aussi F1 24 est également sorti sur des consoles d’ancienne génération. La volonté de ne pas abandonner la base installée des anciennes consoles est un choix qui, depuis quelques années, empêche la sortie de titres domestiques sur les consoles de dernière génération. Codemasters de faire un grand saut technique. Le jeu n’est pas laid graphiquement, mais il a atteint sa limite pour trois titres et le sentiment de jouer “le même jeu” commence à se faire sentir.

Avec F1 24 il y a eu une mise à jour majeure des modèles de pilotes, qui sont maintenant beaucoup plus ressemblants et réalistes. Mais encore une fois, nous ne parlons pas exactement d’un niveau très élevé, simplement ce que nous avions avant était comparable au début de la dernière génération. Et s’ils ont l’air bien à certaines étapes, à d’autres, même ces modèles n’ont pas un très bon impact.

Une excellente mise à jour a toutefois été apportée aux Spa et de Silverstone. Les deux circuits sont désormais extrêmement fidèles à la réalité, depuis les dépressions de l’asphalte jusqu’aux bordures. Un travail très appréciable qui, nous l’espérons, concernera tous les circuits dans les prochains chapitres, car le détachement se fait encore plus sentir. Même le circuit de Jeddah et celui de Losail ont fait l’objet de quelques mises à jour mineures, rendant le tracé de la voie plus fidèle et plus net.

F1 24, Ferrari

Au lieu de cela, c’est une fois de plus l’IA de nos adversaires qui est restée immobile. Elle continue d’offrir des performances incohérentes entre les qualifications et la course, et de conduire comme sur des pistes sans changement de trajectoire. Surtout, elle continue à prendre occasionnellement des virages comme si le joueur n’était pas à l’intérieur ou à l’extérieur, provoquant des accidents totalement évitables. D’une manière générale, elle ne commet pas de véritables erreurs de conduite, ce qui rend le jeu très difficile. Voiture de sécurité et les drapeaux rouges, car ils ne se produiront pratiquement jamais.

Lors de notre test, nous avons également expérimenté un bug non négligeable. Lors d’une course de F2 commencée dans des conditions humides extrêmes, non seulement l’IA a démarré avec des pneus secs, mais elle a poursuivi la stratégie avec des slicks jusqu’à la fin, en montant des pneus durs lors de l’arrêt au stand. Bref, le travail à faire ne concerne pas seulement la physique.

S’arrêter et réfléchir

F1 24 est probablement l’un des pires lancements de Codemasters. Le jeu, avec sa base solide et les ajouts au mode carrière, n’est en aucun cas un échec. En même temps, il est indéniable qu’un jeu de course avec un modèle de conduite insatisfaisant a un sérieux problème à résoudre. Comme nous l’avons mentionné, l’équipe a déjà déclaré qu’elle apporterait des changements majeurs à la physique du jeu, ce qui, espérons-le, améliorera la situation. Mais à ce jour, les bonnes idées de la carrière, les nouveaux circuits et les défis de la carrière ne relèvent pas un titre qui est clairement décevant par rapport à son prédécesseur.

F1 24, couverture

F1 24

Note – 6.8

6.8

VOTE

F1 24 n’est pas à la hauteur de son prédécesseur et arrive dès le départ avec un modèle de conduite qui ne divertit pas, réduisant à néant le bon travail effectué pour réorganiser la carrière.


Note de l’utilisateur :
1.52
( 1 votes)



author avatar
Adrien Fernandez Redacteur
Rédacteur addict aux gachas et passionné de Shonen. Je préfère lire des mangas que regarder les adaptations en animés, mais il m'arrive souvent de faire les deux.
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Dragon Ball : Marion à la plage est prête pour l’été dans ce cosplay

Next Post

One Piece – Netflix : les deuxième et troisième saisons seront développées en même temps

Related Posts