Classroom of the Elite 2 est emblématique du mauvais état de l’industrie de l’animation japonaise.

La deuxième saison de La salle de classe de l’élite est sans aucun doute l’un des anime les plus regardés de cette saison estivale 2022, avec des milliers et des milliers de téléspectateurs dans le monde entier qui attendent avec impatience le retour de l’un des titres les plus influents de la scène des light novels japonais.
D’un autre côté, comme les fans de longue date le savent bien, La salle de classe de l’élite depuis la conclusion de sa première saison en septembre 2017. il a toujours été étiqueté comme l’un de ces produits créés dans le seul but de “faire connaître le matériel original”. et pendant de nombreuses années, cette affirmation s’est avérée tristement vraie.

Cependant, depuis que le géant japonais de l’édition Kadokawa a annoncé son intention de produire plus de 40 saisons animées par an, les chances d’un retour d’œuvres telles que La salle de classe de l’élite et de Le Diable est un joueur à mi-tempsun autre titre diffusé cet été après neuf ans de silence absolu, a connu une forte hausse, pour le plus grand plaisir de tous les fans qui ont apprécié ces produits à leurs débuts et qui ont été choqués par le manque d’intérêt pour les suites potentielles.

Néanmoins, comme nous l’avons vu ces derniers temps, l’industrie de l’animation japonaise se porte mal depuis plusieurs années, et cette augmentation exponentielle du nombre d’adaptations animées produites chaque année s’est avérée au fil du temps être l’une des principales causes de cet état (en plus de la pandémie de Covid, bien sûr, qui a fortement réduit les calendriers de plusieurs studios et productions).

La classe d’Elite 2 et l’industrie de l’anime

Comme nous l’avons mentionné précédemment, le projet de Kadokawa de produire plus de 40 saisons par an s’avère, à long terme, préjudiciable à l’industrie de l’animation japonaise dans son ensemble.
D’autre part, il est bien connu que de moins en moins de jeunes talents entrent dans le monde de l’animation.Il s’agit d’une entreprise de taille moyenne, compte tenu de la mauvaise réputation dont elle jouit depuis plusieurs années et des conditions de travail et de salaire dramatiques auxquelles elle serait soumise.
En conséquence, la production augmente, mais pas la main-d’œuvre pour la soutenir, créant ainsi un cercle vicieux qui endommage de plus en plus les fondations déjà fragiles de cette industrie.

D’autre part, Kadokawa, en tant que géant de l’édition japonaise, est l’un des membres les plus importants, puissants et influents du comité de production.. La maison d’édition a alors la force d’imposer ses propres conditions aux productions de ces adaptations animéesen influençant leurs calendriers, et en obligeant par conséquent les studios d’animation à s’adapter à ces enjeux pour rester au sein du comité et obtenir ainsi du travail de manière cyclique et continue (avec le risque, sinon, d’une faillite certaine).

Classroom of the Elite 2 est donc prévu sous ce mauvais jour et l’adaptation de la deuxième saison est reprise par Lerche, le cabinet qui s’est chargé de la transposition de la première partie en 2017.
Dans le cas présent, nous passerons sous silence l’adaptation du matériel original en tant que tel, car il est courant que les transpositions de romans légers coupent beaucoup et réorganisent de nombreux événements.
Ce qui est le plus emblématique de Classroom of the Elite 2, c’est la terrible gestion de la production des épisodes, et cela ne concerne que le timing des productions, les fonds initialement alloués par le comité et la gestion du capital humain.

Au moment d’écrire cette analyse, l’épisode 7′ de Classroom of the Elite 2 est sorti il y a quelques heures et la situation est loin d’être rose ; sur les 7 épisodes diffusés jusqu’à présent, 4 ont été confiés à des studios d’animation tiers qui se sont avérés ne pas être à la hauteur de la tâche..
Cela va d’ailleurs confirmer que Lerche n’avait pas la capacité de porter la production d’une cour entière entièrement sur ses épaules (sans parler du fait qu’une saison 3′ de Classroom of the Elite a déjà été annoncée).

Ces quatre épisodes externalisés ont été entièrement produits par des studios chinois.un symptôme de l’impossibilité pour Lerche de trouver de l’aide auprès d’un autre studio japonais capable de respecter le calendrier ou auprès de freelances internationaux à l’agenda plus libre.
Comme on peut le voir ci-dessous, par exemple, l’épisode 5′ de Classroom of the Elite 2 ne comptait qu’une poignée d’animateurs clés, ce qui a donné lieu à un épisode vraiment statique et lourd qui a exaspéré même les téléspectateurs japonais qui font habituellement peu attention aux détails de ce genre.

Considérant que nous avons passé la moitié de cette deuxième saison de Classroom of the Elite, de nombreux fans vivent avec l’espoir que Lerche garde toutes ses cartouches pour la deuxième partie, celle qui devrait contenir les événements les plus intéressants pour les fans.
Il s’agit toutefois plus d’un espoir vain que d’une réalité probable ; même les épisodes produits en interne par Lerche n’ont pas été particulièrement remarquables à tous égards, mais, à tout le moins, ils n’ont pas souffert aussi sensiblement des mêmes défauts que les épisodes externalisés.

Ainsi, même si la seconde moitié de la cour est le fait de Lerche, espérer une augmentation de la qualité moyenne du produit est plus un espoir qu’une réelle possibilité.
Aussi parce que, comme vous pouvez le voir ci-dessous, même Lerche n’est pas exempt d’erreurs grossières lorsque c’est son tour de travailler sur le produit.

Pour de nombreux téléspectateurs, certaines des lacunes ou des erreurs grossières qui se répètent de manière cyclique dans cette deuxième saison peuvent être à peine perceptibles, mais pour un œil “exercé” qui fait attention aux détails, ils ne peuvent s’empêcher de lever le nez à de nombreuses occasions.
Par exemple, ci-dessous, vous voyez 3 images qui (pour une raison étrange) ont passé le contrôle du sakkan (directeur de l’animation) bien que la première soit horriblement rendue, la deuxième soit insuffisante tant du point de vue du design du personnage que de la perspective et la dernière soit tout simplement fausse.

Notez les cheveux de Kushida (fille à gauche)
Un coup de demi-figure grossier et disproportionné
Le très commun 6 doigts

Je veux dire, si une franchise à succès comme Classroom of the Elite a une adaptation animée vivant dans ces conditions, les perspectives pour les prochaines adaptations de romans policiers en cours de développement sont loin d’être roses..
L’intention de Kadokawa de proposer plus de 40 anime par an risque d’aplatir de manière inquiétante le niveau technique des productions au cours des prochaines années, sacrifiant la qualité au nom d’une quantité qui, pour la plupart, n’est pas ressentie comme nécessaire..

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous Post

Dragon Ball : Goku pourrait-il vaincre Superman ? La réponse de l’acteur américain de la voix du Saiyan.

Next Post

Dragon Ball Super 87, récapitulatif complet dévoilé : que se passe-t-il ? [SPOILER]

Related Posts