Ensoleillé, croissance selon Taiyo Matsumoto

Haruo a été abattu, saignant seul au milieu du désert : l’endroit idéal pour qu’un traître trouve la mort, dit-il. Puis un cri : “Haruo !”. Le garçon est convoqué : un nouvel invité arrive. Haruo descend alors du Sunnyune vieille voiture dans le jardin avec une puissance incroyable et court voir la nouvelle.

Il porte des lunettes, il est petit, il est silencieux. Il a un visage de geek face à deux grands corps sans tête. Rendez-vous après les présentations. Son nom est Sei. Il commence à faire le tour des garçons de son âge, ceux qui sont là depuis longtemps. Lorsqu’ils se retrouvent à l’intérieur du Sunny Six, il découvre que en fermant les yeux, il peut aller où il veutpeut-être même jusqu’à la lune.

Mais Six s’en va bientôt, il n’a pas besoin de Sunny, il s’en moque. Ses yeux ternes couverts par les verres épais de ses lunettes, il pense à l’époque où il avait une maison, à celle qu’il aura bientôt. Qu’est-ce que tu racontes, lui dit Haruo en le regardant s’asseoir sur le siège arrière, sans parler de rentrer chez lui. Tu as été abandonné.

Grandir seul

Sunny est publié entre 2010 et 2015 d’abord dans Monthly Ikki puis dans Monthly Big Comic Spirit. L’auteur est Taiyo Matsumoto, un as qui avait déjà imprimé des œuvres comme Ping Pong, Numéro 5 e Tekkonkinkreetqui a remporté toutes sortes de prix et l’approbation unanime du public et de la critique. Une petite histoire, en somme.

Sunny’s n’est pourtant pas une histoire comme les autres. On pourrait facilement la ranger dans le genre tranche de viemais il y a beaucoup plus entre les deux. Lorsqu’ils ne trouvent pas d’intrigue horizontale, les lecteurs ont tendance à déprécier le manga parce qu’ils pensent qu’il n’y a pas de véritable développement, pas de changement entre l’avant et l’après. Rien n’est plus faux.

La plupart des vies que nous voyons ne sont qu’une succession de moments plus ou moins anodins, entrecoupés de quelques moments de profondeur ; des gestes forts comme la perte d’un parent, la maladie d’un proche, la séparation d’un être cher. Nous changeons à chaque seconde qui passe, c’est la chose la plus naturelle qui soit, et il est incroyable de voir comment des personnes qui n’existent pas, comme les personnages de Sunny, parviennent à se transformer. grandir sous nos yeux tout en continuant à vivre.

L’arrivée des Six est le moment qui marque le début de l’histoire de l’Europe.. Nous faisons connaissance avec l’institution où vivent des garçons et des filles de tous âges, ainsi que leurs tuteurs qui s’occupent d’eux avec tout l’amour et la patience propres aux vrais parents. Beaucoup sont là parce qu’ils ont perdu leur famille, d’autres parce qu’ils ne sont pas désirés, d’autres encore parce qu’ils ont une personne éloignée ou malade qui ne peut pas s’occuper d’eux.

ensoleillé

Il y a Haruo aux cheveux d’argent et aux yeux solitaires du loup blessé ; il y a Seiintelligent et sensible, qui perd peu à peu tout espoir ; il y a Junsukeavec un nez qui coule, qui s’occupe de son petit frère pendant que sa mère est hospitalisée. Tarole gentil géant qui a toujours le ventre ouvert et l’esprit curieux ; il y a Megumuqui a tout perdu, sauf la volonté d’aimer ; il y a des Kenji e Asakodes adolescents déjà adultes et pleins de regrets pour la vie qu’il leur reste à vivre.

Il y a une histoire pour chacun d’entre eux. Des moments où la sincérité vous saisit de plein fouet, comme si l’enfance que vous avez refoulée depuis longtemps était couchée sur le papier sous l’image d’encre d’une vie qui veut être vécue. Qu’en dépit de toutes les choses mauvaises et laides, elle doit être vécue, en vertu de la force contenue dans chaque belle chose qui existe, qu’il s’agisse d’un poisson surdimensionné ou d’un bouquet de fleurs séchées.

Grandir ensemble

Les relations entre les garçons et les filles de l’institut poursuivent l’histoire qui n’existe pas. Leur vision du monde qui les entoure est le moteur de chaque chapitre du manga. Ce sont tous des moments d’introspection et de prise de conscience motivés par un malentendu, un mensonge, une fuite ou une vérité dérangeante. Malgré les départs et les arrivées de l’institution, ce qui reste, c’est le groupe, comme pour dire qu’ensemble, même misérables, les enfants sont capables de tout.

Page ensoleillée

Taiyo Matsumoto le sait bien. À l’âge de six ans, ses parents ne peuvent plus s’occuper de lui et le confient à un foyer d’accueil, où il restera jusqu’à l’âge de douze ans, lorsqu’il est recueilli par des parents. Cette expérience le marquera profondément, faisant émerger dès le départ l’idée d’une vie solitaire, sans besoin de faire confiance aux autres. L’inspiration du manga, sachant cela, devient peut-être trop évidente, mais loin d’être anodine.

Sunny est un mémoire fictif vu à travers l’esprit d’un adulte qui a fait face à la vie.. Matsumoto est Haruo, encore jeune, en quête de solitude après avoir subi de profondes blessures qu’il ne veut montrer à personne. A travers les souvenirs les plus durs et les plus quotidiens, l’auteur décrit l’enfance comme une période où les liens jouent un rôle fondamental. Sans eux, on risque de sombrer.

Capture d'écran 2023 09 18 à 22.37.13 1

Faire face à un problème ensemble, c’est toujours mieux. Avoir une confrontation, une dispute, un combat avec quelqu’un, c’est toujours mieux que de rester seul à penser à quel point tout est nul, à la malchance qu’on a eue. Personne ne se soucie de notre malchance, personne ne se soucie de Haruo, Sei ou Megumu. Autant se retrousser les manches et commencer à vivre, non ?

Le secret de la croissance réside peut-être dans l’acceptation de soi, comme les personnages de ce magnifique manga apprennent à le faire. Comprendre qui nous sommes et ce qui nous entoure. Puis, quand on finit par savoir quelque chose, voici l’inconnu, et tout revient. Alors on monte sur le Sunny et on ferme les yeux : on peut aller où l’on veut, même au-dessus des nuages. Là où tout semble plus facile et où même un enfant qui a tout perdu peut commencer à vivre sans avoir peur d’être abandonné.

Lire aussi : “GOGO MONSTER : WHAT ARE YOU REALLY FEARING ?” (en anglais)

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Cowboy Bebop, Faye Valentine dans ce cosplay nous rappelle l’ambiance de l’anime

Next Post

Attack of the Giants : le nouveau projet de la série est dévoilé, et il pourrait réserver quelques surprises [LEAK]

Related Posts