Jujutsu Kaisen : Maki Zen’in, le renégat [SPOILER]

Jujutsu Kaisen est une œuvre qui compte parmi ses mérites incontestables la présence de plusieurs personnages féminins forts dans un contexte presque dépourvu de fan-service. Outre l’espace narratif qui leur est consacré, Nobara Kugisaki, Yuki Tsukumo, Shoko Ieiri ne sont pas de simples “jolis visages”, mais sont au contraire dotés d’une personnalité et d’un caractère et sont traités avec respect par l’auteur Gege Akutami.

Le personnage féminin de Jujutsu Kaisen le mieux exploré en profondeur, et dont l’histoire est la plus complète à ce jour, est sans aucun doute Maki Zen’in : la jeune fille née sans énergie maudite fait partie de l’une des trois plus grandes familles de Sorciers et a une sœur jumelle nommée Jamaisavec qui il entretient une relation pour le moins conflictuelle.

Dans un manga rempli d’histoires tragiques, l’histoire de Maki et Mai et de leur lien est peut-être l’une des plus touchantes. Présentée dans la préquelle Jujutsu Kaisen 0 : Jujutsu High, qui a été publiée dans Jump GIGA en 2017, dans le récit actuel Maki Zen’in est une étudiante en deuxième année à l’école des sorciers de Tokyo, avec un destin douloureux qui l’attend.

Une vie de servitude

Dotée d’une grande détermination, d’un grand courage et d’un génie incontestable du combat, Maki, comme nous l’avons dit, est née sans énergie maudite au sein d’un clan dont la seule valeur est la possession d’une grande quantité d’énergie maudite. Comme nous le montre l’arc Kyoto Goodwill Event, lorsque Maki confronte sa sœur jumelle Mai, sa condition est considérée comme une source de honte profonde au sein de la famille.

Non seulement les jumelles étaient destinées à une vie de servitude au sein du clan, mais leur père lui-même, Ogi Zen’inavait été empêché de devenir chef de famille en raison de la “piètre qualité de ses filles”, c’est-à-dire de leur manque de talent en jujutsu. Asphyxiée par cette mentalité rétrograde, Maki avait abandonné le clan et la famille pour s’inscrire au Tokyo Jujutsu High.

Au début de l’histoire de Jujutsu Kaisen, Maki Zen’in nous est présentée comme une jeune fille au caractère bien trempé, physiquement forte et extrêmement équilibrée. Elle porte des lunettes spéciales pour pouvoir voir les Malédictions (qui sont normalement invisibles aux yeux de ceux qui ne possèdent pas les qualités d’un sorcier) et se bat en utilisant des armes maudites. Son intention est de devenir suffisamment forte pour s’imposer au clan et en devenir le chef de famille, malgré les difficultés évidentes.

Jujutsu Kaisen

Les Zen’in, pour leur part, ont toujours essayé de lui mettre des bâtons dans les roues, considérant son existence même comme une tache à effacer. La relation avec sa sœur jumelle Mai est conflictuelle, mais on sent toujours derrière leur comportement un lien qui va au-delà de la différence de points de vue. Leur parcours humain a été marqué par la douleur.

Après avoir risqué sa vie dans le préquel Jujutsu Kaisen : 0 contre Suguru Geto, Maki participe à la plupart des événements de la première partie du manga, y compris l’incident de Shibuya, au cours duquel elle finit par être gravement blessée par un incendie criminel perpétré par Jogo qui la laisse agonisante. Alors que d’autres sorciers auraient péri instantanément, Maki survit grâce à ses extraordinaires prouesses physiques, bien que défigurée par de nombreuses brûlures. Cet événement lui donnera une nouvelle détermination.

Plein potentiel

A la veille du début du Jeu de l’Extermination, alors qu’il est désormais clair qu’une véritable guerre est sur le point de commencer, Maki décide de retourner dans son clan pour s’emparer des Armes Maudites que les Zen’in et les Kamo a pris dans l’entrepôt spécial du Tokyo Jujutsu High après l’enfermement de Satoru Gojo dans le royaume des prisons. Maintenant que Megumi Fushiguro a été nommé chef de famille, Maki se considère en sécurité et se rend donc dans la grande demeure des Zen’in.

En fait, l’acceptation par Megumi du rôle de chef de famille a été en partie orchestrée par Maki elle-même, qui est déterminée à acquérir les ressources du clan pour la guerre finale contre Kenjaku. Sur le chemin de l’entrepôt, la jeune fille rencontre sa mère qui lui interdit d’entrer. Alors qu’elle l’ignore, sa mère lui dit qu’elle aimerait que Maki la rende fière de l’avoir mise au monde au moins une fois.

Lorsque Maki entre dans l’entrepôt, elle est accueillie par son père Ogi, qui lui dit qu’il s’est déjà débarrassé de toutes les armes. Derrière son père, Maki voit Mai blessée et mourante. Leur combat est aussi bref que brutal : Ogi déclare tout son mépris pour ses filles, qu’il considère comme une honte et un obstacle à son prestige personnel, et les jette dans la salle d’entraînement Zen’in remplie d’Esprits Maudits, les vouant à la mort aux mains des Malédictions.

Jujutsu Kaisen

C’est alors que Mai se ressaisit et, d’un baiser, la transporte dans son propre domaine, représenté par une plage déserte. C’est un moment crucial pour les deux sœurs. Dans ce genre de vision, Mai révélera à Maki la raison pour laquelle, dans le monde du jujutsu, la naissance de jumeaux est considérée comme un mauvais présage : l’énergie maudite se répartit entre eux, les considérant comme un ” tout “, et avec tout l’entraînement du monde, Maki ne sera jamais capable d’exceller dans quoi que ce soit parce que le manque de détermination de Mai est un boulet pour elle.

Tout ce qui lui reste à faire est de créer un dernier objet maudit et de mourir pour que Maki puisse atteindre son plein potentiel. En retour, il ne lui demande qu’une chose : tout détruire. Après tout cela, au chapitre 149 du manga, Maki s’éveille, acquérant une puissance de combat comparée à celle de Toji Fushiguro, la bête noire des Zen’in qui a failli tuer Satoru Gojo en son temps. Maki extermine donc son propre clan en commençant par son père Ogi.

Jujutsu Kaisen

La rédemption des exclus et la poétique du Jujutsu Kaisen

La section sur l’extermination du clan Zen’in, bien qu’étant une sorte d’introduction au Culling Game, est probablement l’un des moments les plus forts de Jujutsu Kaisen. Nonobstant une explication, celle offerte par Mai, qui peut légitimement laisser perplexe, et l’introduction d’un méchant, Ogi Zen’in, que qualifier de “coupé à la hache” serait également poli, le mini-arc réussit à amener le personnage de Maki à un nouveau niveau de puissance, à résoudre la relation conflictuelle avec sa sœur jumelle et à faire sortir l’encombrant clan Zen’in de la narration.

Au-delà de la satisfaction d’assister enfin à la rédemption d’un personnage comme Maki, toujours sous-estimé et sous-utilisé, dans sa lutte contre son propre clan, est étayé ce qui est sans aucun doute le cœur thématique de Jujutsu Kaisen, la lutte du présent contre le passé, de l’amour contre le traditionalisme cynique de nos prédécesseurs.

Jujutsu Kaisen

Tengen, Kenjaku, Sukuna, le Zen’in, i Kamo, i Gojodictent encore la loi dans le présent du Jujutsu Kaisen. Il n’est pas difficile de deviner que dans les intentions de Gege Akutami, ils sont l’ennemi, avec leur prétention à faire la loi et à s’imposer sans savoir renoncer au pouvoir, cherchant éternellement à façonner le monde. La lutte de Maki contre les diktats du monde des sorciers est la lutte de tous les protagonistes contre la cruelle stagnation d’une réalité impatiente d’espoir et de liberté. Un vent de révolution souffle, mais où nous mènera-t-il ?

Lire aussi : JUJUTSU KAISEN 197, LES SPOILERS : LA NOUVELLE FORCE DE MAKI

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

Ursaluna : le puissant Pokémon Lune Cramoisie

Next Post

[VIDEO] Haikyuu, bande-annonce de la première des deux suites du film : la date de sortie est également révélée !

Related Posts